• COTATIONS
    Le cours de l'once d'or au LBMA finit la semaine en hausse à 1757,05$ (1515,1€).
    On aurait pu s'attendre à ce que l'or suive le même schéma baissier que les 3 semaines précédentes à savoir stabilité en début de semaine puis hausse modérée et chute du cours sur les derniers jours. Cette séquence de pertes s'est interrompue avec une remontée du cours le jeudi 30 Septembre.
    La catalyseur aura sans doute été le rapport sur les demandes d'allocation chômage aux Etats Unis indiquant que celles ci sont en hausse. Ces mauvais chiffres ont fait baisser les rendements des bons du trésor US à 10 ans et fait grimper l'or.
    L'argent continue son chemin de croix et a touche son plus bas annuel en descendant à 18,53 euros l'once avant de remonter.
  • LES MARCHÉS
    Cette semaine, il fallait être bien accroché car la volatilité sur les marchés a été importante. Les sujets d'inquiétude sont restent d'ailleurs nombreux :
    * Hausse générale des prix
    ** Explosion des tarifs de l'énergie
    *** Incertitudes US autour des questions de budget et de plan d'investissement
    **** Crainte de voir la croissance chinoise dérailler à cause de problèmes d'énergie
    Les principaux indices sont à la peine et ont perdu entre 1,2 et 2,6% sur la semaine.
    L'indice VIX aux Etats Unis qu'on appelle également "indice de la peur", qui renseigne sur la volatilité attendue par les traders et les investisseurs sur le S&P500, a sensiblement augmenté ces derniers mois. On est en mesure de s'inquiéter pour ce dernier trimestre qui commence.
  • ÉCONOMIE
    La période de publication des résultats trimestriels débute. Et les premiers éléments qui ressortent d'entreprises comme Nike ou encore Fedex sont peu encourageants. Ils font état de difficultés d'approvisionnements, de fermetures d'usines ou encore de temps de trajets plus longs. Deux questions se posent :
    Les entreprises auront-elles accès aux matières premières dont elles ont besoin?
    Dans quelle proportion la hausse des prix des matières premières va t-elle affecter les prix de vente?
    Ces éléments pourraient être susceptibles de provoquer un choc d'offre si la production venait à diminuer. 
    Goldman Sachs a par ailleurs abaissé sa prévision de croissance pour la Chine cette année. 
    Enfin, il y a fort à parier que la hausse des prix de l'énergie soit du "provisoire qui dure".  
  • NOTRE COUP DE COEUR DE LA SEMAINE
    Nombreux sont les investisseurs qui considèrent l'or uniquement comme une valeur refuge. Pourtant, ses attributs en tant que produit d'investissement vont bien au-delà de la seule atténuation des risques. Selon les données du London Bullion Market Association, le prix de l'or en dollars américains a augmenté en moyenne de 11% par an depuis que les États-Unis ont supprimé le Gold Standard en 1971. C'est une performance comparable aux actions américaines sur la même période, mais largement supérieure au rendement des obligations américaines. Au cours des 20 dernières années, l'or a d'ailleurs surperformé à la fois les actions et les obligations américaines en périodes de risque élevé (source World Gold Council). il est toujours utile de garder cela en tête par les temps qui courent.
VOUS SOUHAITEZ RECEVOIR NOTRE NEWSLETTER TOUS LES LUNDIS MATINS DANS VOTRE BOITE MAIL .png