Données macros semaine 3 2022.png

Evolution des cours de l'or et de l'argent du 10 au 14 Janvier :

● Cotation internationale de l'once d'or : de 1796$ à 1817$ (+1,17%)
● Cotation de Londres LBMA  : en hausse de 1800$ à 1822,9$ (+1,27%%
● Pièce de 20 Francs Napoléon (cotation CPOR by Loomis FXGS) : 308,8€ 
● Le cours de l'once d'argent augmente de 22,37$ à 22,97$ (+2,68%) 

LES MARCHÉS

Les taux américains à 10 ans se sont tendus à 1,8% cette semaine, leur plus haut niveau depuis 2 ans. En effet, les investisseurs redoutent une attitude plus ferme de la Réserve Fédérale en vue de corriger l'inflation. Cette remontée est de mauvais augure pour les valeurs de croissance. Elle pourrait également affecter les entreprises endettées et provoquer de nombreuses faillites.

Pour autant, les taux d'intérêt réels continuent de baisser. Tant que les taux d'intérêt remontent moins que l'inflation, la politique monétaire devient plus expansionniste et les banques centrales continuent de soutenir la demande et le prix des actifs.

3 paramètres vont continuer à agiter les marchés en 2022 :

→ Le phénomène liquidité des banques centrales.
→ La micro économie : le juge de paix quand les publications de résultats sont supérieures aux attentes.
→ La psychologie collective : quand les banques centrales rempliront leur objectif de lutte contre l'inflation sans menacer la reprise économique.

Les ratios du 14 Janvier 2022 :

  1. RATIO LINGOT D'OR / BITCOIN = 58430$/43250$ = 1,35 (1,24 en S-1)
  2. RATIO OR / ARGENT = 58430$/738$ = 79,17 (78,65 en S-1)

ECONOMIE

Comment va agir la Réserve Fédérale Américaine ?

On peut d'envisager plusieurs scénarios dans les mois à venir :

  • Soit on considère que l'inflation va être plus forte mais ne s'inscrit pas dans un changement de régime. Il y a des éléments haussiers mais on ne peut pas dire qu'on soit rentré dans un monde globalement inflationniste. C'est, pour l'instant, la doctrine défendue par la Fed et son président Jerome Powell. Les pressions inflationnistes devraient donc s'atténuer d'ici le milieu de cette année.
  • Soit on estime que la Réserve Fédérale s'est trompée et a diagnostiqué,
    à tort, l'inflation galopante comme un événement à court terme.
    Avec des pressions jamais atteintes depuis 40 ans, maîtriser l'inflation à court terme devient une tâche impossible sans ralentir la croissance économique. Les banques centrales, qui n'ont jusqu'alors pas réagi, vont devoir intervenir de façon brutale.

Au mieux, la Fed va mettre le pied sur le frein en essayant de ne pas faire dérailler la machine. Elle va chercher les points d'équilibre via le seul dispositif dont elle dispose dans sa boîte à outils pour freiner la hausse de l'inflation :
les taux d'intérêt.

En fin de compte, ce qui est déstabilisant, c'est de voir la Fed tout faire en même temps : mettre un terme à son programme de rachat d'actifs, augmenter ses taux et réduire son bilan.
Rappelons nous que le bilan de la Fed est passé de 4000 milliards avant Covid à plus de 9000 milliards de dollars.

Conséquences de l'évolution du dollar

L'indice du dollar (par rapport à un panier de devises) est tombé à un nouveau plus bas de deux mois cette semaine. Les chiffres de l'inflation ont montré que les prix à la consommation aux États-Unis avaient fortement augmenté en décembre, mais conformément aux prévisions des économistes.

En 2022, on peut s'attendre à ce qu'un renforcement du dollar américain fasse pression sur les cours de l'or. Un dollar fort augmente le coût d'acquisition de l'or pour les détenteurs d'autres devises.

Et en Europe ?

La grande difficulté pour la BCE est d'agir malgré les fortes différences d’inflation entre les pays. L’Estonie est à 12%, la France à 4% et l’Allemagne
à 7%. Elle doit tenir compte de cette variété de situations et notamment des contraintes de dettes différentes.
Nous l'avions déjà signalé, l’Europe est prise dans l'étau de l’hétérogénéité de sa zone.

Sur le marché de l'or...

Les projections des marchés pour le resserrement de la banque centrale pourraient être un peu trop ambitieuses. Rappelons que Goldman Sachs est par exemple passé en quelques mois de zéro à quatre hausses de taux prévues pour la Fed. Rien n'est moins sûr et un resserrement finalement moins rapide pourrait soutenir les prix de l'or à court terme.
Par ailleurs, la dette croissante du gouvernement américain et les niveaux de chômage toujours relativement élevés pourraient maintenir la Fed sur la touche au premier semestre 2022.

L'INFO DE LA SEMAINE

"Time in Market" et stratégie d'investissement sur les métaux précieux en 2022

Le premier conseil est d'investir régulièrement. C'est la pierre angulaire de toute stratégie. Il est préférable d'investir de façon séquentielle avec des versements programmés plutôt que d'essayer de deviner quand entrer et sortir du marché.

Il faut ensuite privilégier le temps investi sur le marché. C'est un élément clé. L'or, on le sait, est un instrument de couverture contre l'inflation. Evidemment, tout le monde cherche à acheter ponctuellement sur les points bas et revendre au plus haut. Mais les facteurs budgétaires, monétaires, microéconomiques et géopolitiques génèrent incertitude et volatilité.
Investir de façon régulière va permettre de lisser le prix moyen. Il faut faire des choix d'allocation et s'y tenir.

Les investissement en or physique sont possibles sur différents supports à partir de 300 euros.
Les investissements en argent physique peuvent s'envisager à partir d'une centaine d'euros.