• une difficile hausse des taux des Banques Centrales...
  • 
l'évolution des cours du platine et du palladium depuis 2020...

  • performance et trajectoire du métal jaune...

COURS ET COTATIONS  

Cette semaine encore, l'instabilité s'est faite sentir sur les marchés. Si l'indice parisien se maintient, les bourses américaines ont chuté sur fond de tensions sur les taux. L'agenda économique était bien rempli avec l'indice des prix à la consommation et à la production aux Etats-Unis, la déclaration de politique monétaire de la BCE et une journée des "3 sorcières". En effet, jeudi, de nombreux contrats sur les produits dérivés arrivaient à leur terme provoquant des mouvements boursiers plus prononcés que d'ordinaire.

En Grande Bretagne, l'indice des prix à la consommation atteint 7%
sur 1 an. Il faut retourner en 1992 pour retrouver un niveau similaire.


Aux Etats-Unis, l'inflation s'établit à 8,5%, du jamais vu depuis 1981. Mais, selon certains analystes, l'indice d'inflation "core", hors alimentation et produits énergétiques, pourrait avoir atteint un pic.


En Europe, Christine Lagarde reste dans une posture attentiste. Elle a indiqué que la BCE ferait preuve d'une grande flexibilité et de gradation dans les réponses à apporter. Elle se laisse ainsi toute la latitude pour intervenir si nécessaire.

Sur le premier trimestre, l'once d'or de 31 grammes libellée en dollars progresse de plus de 10%. Malgré la hausse du dollar, le lingot d'or d'un kilo est passé de 51 660€ à 56 550€ en 3 mois.


Évolution des cours de l'or et de l'argent du 11 au 17 avril 2022

● Cours international de l'once d'or : de 1947$ à 1974$ (+1,38%)

● Cotation de Londres LBMA  : de 1956$ à 1963$ (+0,35%) 

● Pièce de 20F Nap (CPOR by Loomis FXGS) : de 351€ à 359,9€ (+2,53%)

● Le cours de l'once d'argent est passé de 24,76$ à 25,66$ (+3,6%)

ACTUALITÉ DES MARCHÉS ET MÉTAUX PRÉCIEUX

✔︎ Le dollar s'est nettement renforcé face à l'euro. La paire qui s'échangeait à 1,093 en début de semaine a touché les 1,076 au moment du discours de Mme Lagarde. On l'a dit plus haut, la BCE a été moins agressive qu'attendu et ne prévoit pas de durcissement de sa politique monétaire. La FED, beaucoup plus ferme, balise le terrain pour une augmentation de taux de 50 points de base dès le mois de mai. Comme on l'indiquait la semaine passée, il est étonnant de voir l'or autant progresser alors que le dollar américain se renforce et que les hausses des taux sont devant nous.

 ✔︎ Le graphique ci-dessous nous permet de comparer l'évolution des cours de l'or, du platine et du palladium depuis 2020.
On constate que le platine et le palladium, les courbes bleues et grises, sont plus volatiles que l'or. Ces matières très utilisées dans l'industrie sont fortement corrélées à l'activité économique. Elles ont souffert des tensions répétées sur les chaines d'approvisionnement. Le cours de l'or progresse d'environ 27% alors que la performance du platine n'est que de 2,4%.

 graphique NL 19:04.png

Les ratios du vendredi 15 avril 2022 :

1.RATIO LINGOT D'OR / BITCOIN = 63466$ / 40368$ = 1,57 (1,46 en S-1)

2.RATIO OR / ARGENT = 63466$ / 824$ = 77 (78,65 en S-1)

ÉCONOMIE 

● La semaine passée, la dette chinoise à 10 ans a vu son rendement descendre en dessous de la dette américaine. C'est du jamais vu depuis 12 ans. On a d'un côté les Etats-Unis, en pleine normalisation monétaire, qui cherchent à calmer l'inflation et appuyer sur le frein afin d'éviter la surchauffe de leur économie. De l'autre, la Chine a de plus en plus de mal à juguler un ralentissement vraiment très sensible accentué par la résurgence du Covid.

 ● En Europe, avant la guerre, si l'inflation semblait de moins en moins transitoire, la croissance demeurait forte. En quelques mois, le scénario d'une stagflation a commencé à s'imposer. La BCE va sans doute tâter le terrain car la situation est très différente de celle dans laquelle se trouve la Réserve Fédérale américaine. Les perspectives de croissance sont en train de se détériorer à cause de la tragédie en Ukraine. L'Europe est une composition de pays dans des situations très différentes et les écarts de taux sont susceptibles d'entrainer une fragmentation de la zone euro. La hausse des coûts d'emprunt liée à cette hausse ne pourrait ainsi pas être supportée par certains Etats. Toutes les consoeurs de la BCE sont sur une trajectoire très nette de hausse de taux, à l'exception de la banque du Japon. On peut regretter que Christine Lagarde ait donné une feuille de route trop précise car désormais, elle va avoir du mal à faire marche arrière. Et ne pas attaquer le sujet de l'inflation assez vite, c'est perdre quelques mois stratégiques et se positionner en retard par rapport au cycle économique.

● Sur le sujet inflationniste, beaucoup d'entreprises vont devoir répercuter dans leurs prix de vente des augmentations de coûts qu'ils supportent depuis plusieurs mois. Cela signifie que les effets de second tour vont se faire sentir très prochainement. Il faudra rester attentif aux hausses de salaires qui pourraient alors auto entretenir l'inflation.

L'INFO DE LA SEMAINE 

Fin mars 2022, la quantité d'or détenue dans les coffres de Londres a atteint un niveau record de 9669 tonnes évaluée à 603,8 milliards de dollars. L'or n'est pas acheté en raison de son utilisation industrielle ou parce qu'il génère des revenus. Il constitue une couverture stratégique en dernier ressort dont la valeur augmente dans des circonstances de risque accru.
L'or physique peut sembler désuet si on le compare aux monnaies numériques ou à la blockchain. Mais il faut rappeler qu'une once d'or sera toujours une once d'or même si toutes les lumières s'éteignent. L'or a été un symbole de confiance à travers les époques et les cultures et le restera.

Ces dernières années, le cours de l'or a fortement progressé. On ne peut évidemment pas se réjouir des raisons et des catalyseurs à l'origine de cette hausse. Récemment, l'augmentation des prix de l'énergie et les perturbations des chaines d'approvisionnement ont provoqué une poussée de l'inflation et par conséquence, une baisse des rendements réels. Cette situation a profité aux investisseurs en or. Cependant, le métal jaune ne génère ni dividendes, ni rendement à proprement parler. Les hausses de taux qui s'annoncent, si l'inflation se résorbe, semblent donc problématiques pour le cours de l'or. En d'autres termes, si les rendements des autres classes actifs augmentent, l'or va présenter moins d'avantages. Il sera intéressant de voir la réaction des investisseurs ces prochains mois car la hausse des taux réels constitue un véritable obstacle pour le cours de l'or. Verra t-on une fois encore l'or évoluer dans une direction qui n'était pas prévue ?

 Les données fournies par l'US Mint montrent que les ventes de pièces d'or American Eagle et Buffalo ont totalisé 427 millions de dollars américains, soit 220 000 onces, en mars. Les ventes totales de pièces d'or américaines au premier trimestre se situent à plus d'1 milliard de dollars américains avec 518 000 onces. Cette performance montre que l'intérêt des particuliers pour les produits d'investissement en or physique se poursuit en 2022.

VOUS SOUHAITEZ RECEVOIR NOTRE NEWSLETTER TOUS LES LUNDIS MATINS DANS VOTRE BOITE MAIL .png