Justifiant une nouvelle fois l'intervention rapide de la FED sur les marchés bancaires, B. Bernanke évoque également la possible augmentation du taux de chômage lié au ralentissement de la croissance du PIB américain.