Cette statistique renforce encore un peu plus la conviction que la Banque centrale européenne n'est pas prête de baisser ses taux d'intérêt dans les mois à venir.

Les cours du pétrole évoluaient en forte hausse mercredi, continuant d'enchaîner les records dans la foulée de la veille, dopés par un dollar toujours faible, la fermeture de terminaux au Mexique et des perturbations sur des infrastructures pétrolières au Nigeria.

Vers 10H00 GMT, le prix du baril de "light sweet crude" pour livraison en mai prenait 41 cents à 114,20 dollars contre 113,79 dollars mardi soir à New York. Quelques minutes auparavant, il avait atteint un nouveau sommet à 114,50 dollars.

Sources : reuters.fr et orange