L’euro se renforce
Mardi 10 octobre, l’euro montait, sur fond d’inquiétude au sujet de la Catalogne : « Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), l'euro valait 1,1809 dollar contre 1,1741 dollar lundi vers 21H00 GMT » rapporte Boursorama. Après des tensions, l’issue du référendum a donné gagnant le oui à l’indépendance de la région espagnole. Cependant, « le président séparatiste catalan Carles Puigdemont a renoncé mardi soir à déclarer immédiatement l'indépendance, évoquant une "suspension" en vue d'un dialogue et semant la confusion sur ses intentions ». Une déclaration peu claire sur l’avenir de la Catalogne qui a entraîné un renforcement de l’euro : « L'euro s'est un peu renforcé après les commentaires du responsable catalan ‘’mais le mouvement est resté limité car le marché des devises reste surtout marqué ce mardi par la faiblesse du dollar, qui est dans une phase de consolidation’’.»

Boursier.com évoque également le renforcement de l’euro dans un de ses articles du 10 octobre intitulé « Devises : l'euro se renforce malgré le discours de Puigdemont ». Le site évoque la Catalogne comme soutien de la monnaie unique, mais pas seulement : « Alors que le suspense géopolitique se poursuit sur le statut de la Catalogne, l'euro a été recherché mardi pour d'autres raisons. La devise unique européenne progressait mardi soir de 0,6% à 1,1810$, après la publication de bonnes "stats" allemandes, et une déclaration d'une membre du conseil de la BCE en faveur d'une réduction des achats d'actifs de la BCE en 2018. » Une nouvelle qui devrait rassurer les investisseurs et qui concorde avec la publication des chiffres sur le commerce extérieur allemand « bien meilleurs que prévu pour août » : « Ces statistiques plaident en faveur d'une croissance solide au 3ème trimestre outre-Rhin et soutiennent les anticipations d'un retrait progressif de la politique ultra-accommodante de la BCE. » On devrait en savoir plus le 26 octobre prochain, date à laquelle aura lieu la prochaine réunion de la Banque centrale européenne.

Mercredi 11 octobre, Le Revenu parlait de la hausse de l’euro sur fond d’ « inquiétudes moindres sur la Catalogne » : « L'euro montait un peu face au dollar mercredi, aidé par un léger repli des inquiétudes politiques liées à la Catalogne dans un marché prudent avant la publication du compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine (FED). » Les dirigeants catalans ont acté l’indépendance de la Catalogne de façon tout à fait symbolique et ont suspendu pour le moment son adoption, disposés à discuter avec Madrid, éloignant ainsi les perspectives de remous sur la monnaie unique, ce qui a rassuré les investisseurs. Quant au dollar, il est affaibli, en phase de consolidation, en attendant la publication des minutes du FOMC (comité de politique monétaire de la FED). Sans compter que le nom du nouveau dirigeant de la FED, à la tête de laquelle se trouve actuellement Janet Yellen, devrait être annoncé dans les prochaines semaines. Autant de  facteurs favorables à l’euro qui cotait ainsi 1,1820 dollar contre 1,1809 dollar mardi soir.

ZoneBourse.com revient aussi sur la suspension de l’indépendance de la Catalogne ce même mercredi 11 octobre : « Cette annonce "donne du temps au dialogue et la crise est évitée pour le moment, semble-t-il. Cela renvoie la balle dans le camp de Madrid", a indiqué Shaun Osborne, responsable des changes de Scotia Bank. » Une crise qui finira peut-être par arriver si l’indépendance était bel et bien actée. Quoi qu’il en soit, des entreprises ont déjà pris leurs dispositions en déménageant leur siège qui était en Catalogne… Affaire à suivre donc.


L'augmentation des salaires US fait monter le dollar et les taux
Après un repli du dollar le 4 octobre, le billet vert reprenait un peu de force le vendredi 6 octobre selon
Les Échos : « Le dollar monte face à un panier de devises de référence et les taux des rendements des emprunts d'État américains grimpent vendredi après l'annonce de l'augmentation des salaires aux États-Unis au mois de septembre. » Ainsi, les salaires moyens ont progressé de 0,5 % en septembre, alors que seulement 0,3 % était attendu : « Le chiffre des salaires est positif et les traders lui accordent beaucoup d'importance parce qu'il montre que le marché du travail se renforce. Les salaires en hausse signalent une augmentation des dépenses de consommation»

Le Figaro revenait également sur ce renforcement du dollar ce même vendredi 6 octobre dans son article « Le dollar soutenu par une croissance plus forte que prévu des salaires en septembre ». Il progressait de 0,11% « à 0,8547 euro ». Une remonté étonnante alors qu’en septembre le nombre d’emploi a chuté : « L'économie américaine a perdu 33 000 emplois en septembre alors que les économistes tablaient sur 90 000 créations. Le taux de chômage a baissé, passant de 4,4% en août à 4,2% en septembre. Le marché visait une stabilisation à 4,4%. »

Le dollar se crispe sur fond d’inquiétudes de la Corée du Nord
Mais le vent a tourné pour le billet vert quelques jours plus tard, et c’est DailyFx.comqui en parle dans un de ses articles du 10 octobre : « Après un mois de pause où les tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord s’étaient détendues, les nouvelles menaces inquiètent les investisseurs. En effet, le président américain Donald Trump enchaîne les propos qualifiant d’inutile les négociations diplomatiques avec la Corée du Nord comme par exemple hier via le réseau social Twitter. » De tels propos sont de nature à entraîner une action militaire, ce qui aurait pour conséquence de faire revenir une aversion au risque chez les investisseurs et nuirait fortement au billet vert. Pour l’heure, l’US dollar Index, indice permettant d’apprécier la valeur de la monnaie américaine, a reculé de manière significative.

Le franc suisse snobé
Le 10 octobre
DailyFx.com évoquait le cours du franc suisse, valeur refuge en temps de crise. La monnaie helvétique était en baisse : « Le franc suisse a poursuivi son repli après avoir pris connaissance de la stabilisation du taux de chômage helvète à 3% au mois de septembre. » Et de rappeler : « La Banque Nationale Suisse (BNS) est l’une des seules banques centrales majeures à détenir l’ensemble de ses taux directeurs en territoire négatif, alors que son président, Thomas Jordan, a fait de la lutte contre le renforcement du franc suisse une priorité. » En effet, une monnaie trop forte n’est jamais bon, pénalisant fortement l’exportation.


Le dollar canadien a touché un creux de 5 semaines

Si la semaine dernière, le dollar canadien, aussi appelé huard, progressait, cette semaine, il perdait du terrain face au dollar atteignant le niveau le plus bas depuis le 31 août nous explique Les Affaires : « Le dollar canadien a perdu des plumes, jeudi, face au billet vert américain, avec la publication des plus récents chiffres sur le déficit commercial du Canada, pendant que le principal marché boursier du pays progressait. Le huard s'est négocié au cours moyen de 79,69 cents US, en baisse de 0,44 cent US par rapport à son cours moyen de la veille. »