COTATIONS

La semaine passée fut mouvementée pour l'or et l'argent en raison des craintes liées au variant Omicron et au changement de ton de la Réserve Fédérale américaine. 

  1. Jerome Powell, Président de la FED, auditionné par une commission du Sénat, a laissé entendre que la fin du programme de rachats d'actifs pourrait s'accélérer. Les risques d'une inflation plus persistante se sont accrus a t-il déclaré. Cette décision devrait ouvrir la porte à des hausses de taux d'intérêt plus nombreuses que prévues en 2022, ce qui a maintenu la pression sur le prix des métaux précieux.
  2. Les craintes d'une résurgence de la pandémie se sont ensuite apaisées en milieu de semaine, notamment suite aux annonces de l'Organisation Mondiale de la Santé. L'once d'or qui avait repris quelques couleurs a vu les vendeurs se présenter et les cours ont chuté.
  3. La publication des chiffres de l'emploi aux Etats Unis a montré que l'économie américaine n'avait créé que 210 000 postes le mois dernier contre 535 000 attendus. Ces chiffres ont pesé favorablement sur l'or. Rappelons que la Réserve Fédérale a deux mandats : lutter contre l'inflation et favoriser le plein emploi. La FED agira dés qu'elle estimera que le marché de l'emploi se sera remis de la crise provoquée par la pandémie.

    Cette semaine, il faudra suivre le rapport sur l'inflation américaine, vendredi, sans doute le point de données le plus important avant la réunion de la FED mi décembre.

● La cotation internationale de l'once d'or est passée de 1799$ à 1783$ (-0,9%) ↘︎
● La cotation de Londres LBMA de l'once d'or est passée de 1795$ à 1767$ (-1,6%) ↘︎↘︎ 
● La pièce de 20 Francs Napoléon (cotation CPOR by Loomis FXGS) est passée de 311,8€ à 306,20€ (-1,8%) ↘︎↘︎
● Le cours de l'once d'argent est passé de 23,35$ à 22,56$ (-3,5%) ↘︎↘︎↘︎

LES MARCHÉS

La volatilité était de retour la semaine dernière sur les marchés financiers. La perte de visibilité liée à la crise Covid a fait tanguer les places boursières. Et le scénario tant redouté de l'émergence d'un nouveau variant est venu doucher les espoirs d'un retour à une forme de neutralité. Le stress sanitaire reprend le dessus et ces incertitudes vont nécessairement affecter les décisions des ménages et des entreprises. 
Si cette baisse semble inquiétante, les marchés ont encore de bonnes bases et quelques repères solides. Le gouverneur de la Banque de France rappelait récemment que "les effets économiques des vagues successives ont été jusqu'à présent de moins en moins dommageables". Cette période de fin d'année voit par ailleurs les gérants de fonds procéder à certains ajustements afin "d'habiller" leurs portefeuilles ce qui aura accentué les mouvements. Ils ont tendance à acheter les gagnants et liquider les autres pour présenter les bilans sous leur meilleur jour. 

  1. RATIO LINGOT D'OR / BITCOIN = 57336$/53000$ = 1,082 (UTC+1 - 22H00 - vendredi 03/12) ➡️ (1,058 Semaine précédente)
  2. RATIO OR / ARGENT = 57336$/725,40$ = 79,04 (UTC+1 - 22H00 - vendredi 03/12) ➡️ (77,46 Semaine précédente)

ECONOMIE

Ainsi, il est désormais admis que le choc inflationniste a été sous évalué par les Banques Centrales. En Allemagne, l'inflation sur un an s'emballe à 5,2%, son plus haut niveau depuis 1992. En zone euro, l'inflation atteint 4,9%, du jamais vu depuis 25 ans. Il y a fort à parier que les mesures restrictives comme la fermeture des frontières et la suspension du trafic aérien vont générer des tensions sur les chaînes d'approvisionnement et seront génératrices d'inflation. Prédire les impacts du variant sur l'inflation est un exercice auquel on ne se livrera pas. En effet, ces restrictions pourraient également calmer la surchauffe économique. Certains analystes pensent que l'inflation est présente pour deux raisons :

  • la hausse des coûts de l'énergie et des matières premières
  • le choc de demande consécutif aux réouvertures post covid

Cette forte demande de biens et services a poussé les prix à la hausse. Les banques centrales sont confrontées à des chocs d'offre et n'ont pas de prise sur les goulets d'étranglement. Ce n'est pas en touchant aux taux d'intérêts qu'on allait régler le problème du fret maritime ou des semi conducteurs. Mais maintenant que les salaires prennent le relais, la donne change radicalement. Il est temps de s'interroger sur le niveau auquel on va observer l'inflation salariale (micro économique? sectoriel? macroéconomique?). Les décisions prises par les Banques Centrales dans les mois à venir vont nécessairement affecter les cours des métaux précieux.


NOTRE COUP DE COEUR DE LA SEMAINE

Sans titre (5).png

La pièce de 50 Francs Hercule française. Frappée entre 1974 et 1980, c'est LA pièce de référence en terme d'argent physique d'investissement. 

Retrouvez la sur notre site marchand CCOPERA.COM

  1. Titre de 900 millièmes avec une forte concentration d'argent fin dans ces pièces
  2. Vente soumise à une TVA réduite dite TVA sur marge 
  3. Scellés offerts et expédition rapide des commandes (plus d'informations sur les livraisons par ici)
  4. Détention en propre sans risque de contrepartie