Cours de l'or & rallye sur les métaux précieux

Les craintes relatives à l'inflation et à un ralentissement économique ont alimenté un rallye sur les métaux précieux cette semaine. Si on ajoute à cela des tensions sur le plan géopolitique et des pressions sur le marché du pétrole, le contexte devrait rester favorable à une hausse des cours de l'or.

Argent, platine et palladium avec leur dimension industrielle ont progressé plus fortement que l'or.

ccopera or.png

COURS ET COTATIONS

Evolution des cours de l'or et de l'argent du 17 au 21 janvier 2022 :
● Cotation Internationale de l'once d'or : de 1817$ à 1834$ (+0.93%)
● Cotation de Londres LBMA : en hausse de 1820 $ à 1837 $ (+0,93 %)
● Pièce de 20 Francs Napoléon (cotation CPOR par Loomis FXGS) : 308,8 €
● Le cours de l'once d'argent passe de 22,97$ à 24,28$ (+5,7%)

MARCHÉS ET MÉTAUX PRÉCIEUX

Bourse : stop ou encore ?

En bourse, les bons élèves chèrement valorisés de type valeurs du luxe ou valeurs technologiques souffrent en ce début d'année.

C'est tout le contraire des "canards boiteux" des secteurs de l'automobile, du pétrole et de la banque qui tirent plutôt bien leur épingle du jeu.

  • Dans le secteur bancaire, on a considéré que les taux seraient bas jusqu'à la fin de temps et que les banques seraient concurrencées par de nouveaux acteurs.

  • Concernant le secteur pétrolier, on a tout simplement pensé qu'on pourrait s'en passer avant même d'avoir réalisé la transition énergétique.

  • Dans l'automobile, on a cru que tout allait devenir électrique et que les acteurs traditionnels allaient disparaitre.


Avec un peu de recul, il est possible de considérer que les marchés se trompent. L'erreur serait de croire que l'économie mondiale a traversé une récession inédite à l'occasion de la crise sanitaire et qu'elle repart en début de cycle. Une récession permet de nettoyer les bilans et de se désendetter. Or les bilans ont été alourdis et les entreprises repartent avec un stock de dettes.

A présent que le contexte monétaire se normalise et que les soutiens budgétaires sont retirés, l'appétit des investisseurs pour le risque va probablement se réduire.

⇒ 2022 pourrait être l'année de correction des excès.

Un baril de pétrole vers les 100$

Le pétrole retrouve ses plus hauts d'octobre 2014 du fait de déséquilibres entre offre et demande. Si de nombreux analystes visent un prix du baril ente 95$ et 100$, est-il nécessaire de rappeler à quel point la prévision reste un exercice délicat? Rien n'est plus volatile que le prix du pétrole. Le record historique avait été atteint en aout 2008 à 149$ avant un plongeon à 45$ en janvier 2009.

Les ratios du 21 Janvier 2021 :

  1. RATIO LINGOT D'OR / BITCOIN = 58986$/36685$ = 1,60  (1,35 en S-1)

  2. RATIO OR / ARGENT = 58986$/780$ = 75,62 (79,17 en S-1)

 

ECONOMIE

Géopolitique et données


  • L'administration US continue de penser que la Russie est sur le point d'envahir l'Ukraine.
  • La Corée du Nord a testé de nouveaux missiles.
  • Des rebelles Yéménites (soutenus pas l'Iran) ont attaqué des installations pétrolières aux Emirats Arabes Unis.
  • En Grande Bretagne, les chiffres de l'inflation sont ressortis au plus haut depuis 30 ans (avec des effets du second tour sur les transports, l'habillement et l'alimentaire).
  • La croissance chinoise présente des signes de ralentissement. C'est un élément de risque pour le scénario économique mondial de 2022.
Les soit-disants bons chiffres chinois sont essentiellement dûs au rattrapage. 
La Chine fait face à 2 grands problèmes :
  • Un renforcement du contrôle des autorités sur l'économie.
  • Une stratégie 0 covid avec des confinements stricts qui ont des conséquences sur la production et sur la demande structurelle des ménages.



Cours de l'or et rendements des obligations : la donne change

Les prix de l'or ont bondi en début de semaine après une publication très décevante de l'activité manufacturière dans l'État de New York, signe d'une croissance qui stagne. L'argent est en forte hausse et atteint son plus haut niveau depuis plus de 2 mois.
Revenons sur un aspect technique abordé dans nos articles précédents. Nous avons déjà signalé à quel point le métal jaune était sensible à la hausse des rendements obligataires et aux fluctuations du dollar. En effet, les hausses de taux font normalement pression sur le cours de l'or. Cette semaine, on aura constaté que malgré une remontée des taux et du dollar, l'or s'est fortement apprécié.

Les investisseurs ont tendance à croire que les pressions inflationnistes vont continuer encore un certain temps. Et c'est finalement ce sentiment qui l'emporte sur les marchés.

Lutter contre l'inflation dans un environnement économique qui ralentit est un exercice périlleux. Les banques centrales sont prises entre la réaction de la population face à l'inflation et le souhait de ne pas casser la reprise.

L'INFO DE LA SEMAINE

Le rapport Varin et ses enjeux

Focus sur le rapport de Philippe Varin relatif à la sécurisation de l'approvisionnement de l'industrie en matières premières minérales. En France, exception faite de la Nouvelle-Calédonie, aucun composant de type lithium, cobalt ou encore nickel n'est produit sur le territoire. Le pays est donc totalement dépendant des importations. L'Europe est dépendante à 70% pour ses agréments en métal et la France à 100%.

La Chine, au contraire, sécurise ses approvisionnements depuis plus de 20 ans.
La demande de nickel va être multipliée par 3 et celle de cobalt par 4 d'ici 2030. Notre monde va passer d'une dépendance au pétrole à une dépendance aux métaux. Les batteries, les éoliennes et les panneaux photovoltaïques seront l'or noir de demain.
La société de demain sera sans carbone mais ne sera pas sans métaux.

La situation française

En France, on dispose de terres rares. Mais le choix a été fait de ne pas les exploiter car contraire à la doctrine de la transition écologique.
En décembre dernier, la ministre de l'écologie a évoqué l'ouverture de mines et l'exploitation de gisements, indiquant que la France ne doit rien s'interdire en matière d'extraction. Il faudra nécessairement tenir compte de l'impact environnemental, se positionner sur l'ensemble de la chaîne, de l'extraction au raffinage et surtout développer la filière du recyclage.

La France dispose de nombreux atouts géologiques. Elle possède des gisements qui pourraient l'aider à faire face à ces enjeux.

Cependant, l'absence de préparation à la dépendance aux métaux pourrait faire flamber les prix dans les prochaines décennies. La transition énergétique va être très inflationniste et de manière durable. En l'état des connaissances actuelles, les énergies renouvelables sont encore très intermittentes... et dépendantes de la météo ! La France réussira-t-elle ce virage stratégique signe d'une nouvelle révolution industrielle ?